Olejowanie - czy warto?

L’huilement du plancher est un type traditionnel et vérifié de traitement final du bois. Outre la fonction protectrice, les huiles mettent en relief parfaitement le dessin du bois. L’huile s’absorbe au fond du bois, en protégeant de manière complexe les micropores qu’il contient, elle ne forme pas de couche sur la surface du bois, grâce à quoi le plancher possède un aspect très naturel. En fonction des préférences de l’investisseur et de la fonction des locaux où l’huilement sera réalisé, il faut choisir un produit approprié de la gamme entière d’huiles, de cires et d’huiles et cires disponibles sur le marché. Par exemple, en cas de bâtiments d’utilité publique exposés à une exploitation intensive, il faut utiliser les huiles durcissantes qui pénètrent profondément, se caractérisant par une absorption rapide, un durcissement et une conservation facile. L’huile EX-1 Extreme Finish Oil de la marque HartzLack peut servir comme exemple, elle se vérifie parfaitement dans les bâtiments tels que les salles de conférences et de danse, les magasins ou les restaurants. Les planchers dans ce type de bâtiment sont exposés à une exploitation extrême et seul le produit choisi de manière convenable peut les protéger contre une dégradation rapide.
Si nous voulons choisir « une écologie pleine » , il faut chercher les produits entièrement pourvus de solvants et d’autres suppléments artificiels améliorant les propriétés des huiles. Par exemple, dans ce cas, nous pouvons utiliser le produit dénommé WX-1 Perfect Finish Oil qui ne base que sur les composants naturels et qui est entièrement pourvu de substances nuisibles (il possède une attestation qui lui permet d’entrer en contact avec les produits alimentaires et même elle permet de l’utiliser sur les jouets d’enfant fabriqués en bois). Pourtant, si nous choisissons un produit entièrement écologique et sûr, cela ne signifie pas que nous sommes exposés à plus de désavantages liés à son utilisation, à sa faible résistance ou à de moindres valeurs esthétiques. Tout au contraire. Tout dépend d’un produit choisi. Le produit WX-1 susmentionné est le meilleur exemple qu’il est possible de joindre l’écologie et les meilleures valeurs d’usage. WX-1 est un mélange d’une haute pureté composé d’huiles naturelles, enrichi de cire Carnuba, ce qui nous assure une double protection du bois, très durable et efficace. Grâce à une composition spéciale et à un traitement des huiles contenues dans WX-1, elles s’absorbent parfaitement au fond du bois même si elles ne contiennent pas de solvants, en protégeant ce bois et en lui donnant un aspect naturel.
La cire Carnuba est la plus dure cire naturelle connue et en même temps elle est entièrement écologique. En tant que supplément, elle fait former une couche fine mais très résistante sur la surface du bois huilé, qui protège aussi très efficacement le plancher contre l’eau et les saletés. Un autre trait important de ce supplément consiste en ce que, en fonction des préférences de l’utilisateur, nous pouvons obtenir une finition des planchers avec une semi-brillance délicate ou la laisser entièrement mate.
Le champ d’application des huiles de protection du bois ne se limite pas bien sûr aux bâtiments clos. Elles sont actuellement très appréciées par un nombreux groupe de personnes en matière de conservation de tous les éléments en bois exposés à une action dégradante des conditions atmosphériques à l’extérieur des locaux. Ce type de solutions ont un avantage : un aspect très naturel, une résistance et une conservation beaucoup plus facile que celle relative aux peintures ou aux laques. Pourtant, comme dans la plupart des cas, les produits utilisés doivent être d’une classe ou d’une qualité appropriée pour que ces avantages des huiles extérieures puissent entièrement ravir l’utilisateur des jardins, des vérandas ou des terrasses. L’huile de Tung est la plus résistante huile utilisée à la conservation du bois à l’extérieur, y compris le bois exposé à l’action de l’eau de mer. Plus de cette huile en tant que supplément, c’est toujours mieux. En chosissant un produit concret, il faut vérifier de quelles huiles ce produit est fabriqué. S’il contient de l’huile de Tung et quelle quantité, et si ce n’est pas par exemple un équivalent de l’huile de lin cuite qui est moins chère.
Nous recommandons l’article ci-dessous de Monsieur Czesław Bortnowski, l’expert et le maître en matière d’installation des parquets, aux lecteurs qui veulent encore élargir leurs connaissances sur l’huilement des planchers en bois, il analyse de manière détaillée ce sujet.


Les huiles destinées aux parquets – Les avantages et les désavantages des huiles et des cires
Dans l’époque d’une plus grande conscience écologique et de la santé, de plus en plus d’utilisateurs voulant installer le parquet rejettent des laques traditionnelles et ils choisissent l’huilement et le cirage de la surface. Ce processus lui-même n’est pas nouveau. Le cirage est la plus ancienne méthode utilisée en vue de protéger les surfaces en bois. Lorsque les laques destinées aux parquets ont été inventées, les techniques anciennes ont perdu leur importance. Cela résultait des difficultés relatives aux soins et à une application difficile. Aujourd’hui, voulant satisfaire aux attentes des gens qui aiment vivre en conformité avec l’écologie, les fabricants importants sur le marché de la production des produits de protection du bois ont élaboré de nouveaux systèmes d’huiles et cires. Ils lient une origine naturelle des produits avec leur caractère naturel et un aspect de bois et des exigences plus élevées en matière de résistance pendant le processus d’utilisation. Les produits particuliers se distinguent bien sûr les uns des autres du point de vue de leurs traits et de leurs propriétés, ce qui permet de choisir le système le plus convenable par rapport au caractère d’un plancher donné. La surface du produit peut être protégée par l’huile ou la cire (parquets finis) à l’étape de la production ou au moment de l’installation du plancher par l’artisan, manuellement ou à l’aide d’une machine. Ces deux possibilités sont à la fois critiquées de même qu’appréciées.
L’application de l’huile destinée aux planchers et de la cire sur les parquets finis à l’étape de production
Il y a cinq ans à peine, les premiers fabricants ont commencé à exécuter l’huilement et le cirage à l’échelle industrielle. Premièrement, les cires ont été appliquées sur les planchers laqués finis en tant que produits de soins. Ensuite, les méthodes d’application industrielle ont été perfectionnées et aujourd’hui nous pouvons obtenir un produit fini et préparé à l’huilement final après l’installation. Moi personnellement, je trouve que la deuxième méthode est plus solide parce qu’elle protège les endroits les plus critiques contre l’humidité, à savoir les bords et en même temps elle protège les arêtes contre la pénétration des saletés, ce qui influence de manière positive un aspect esthétique de la surface. L’huilement et le cirage industriels ont un avantage, c’est-à-dire la qualité uniforme de la surface résultant des conditions stables au cours du processus de protection en utilisation de la machine. Toutes les phases de production, à partir du réglage de la température idéale, ensuite le chauffage du bois et enfin le processus de séchage, peuvent être réglées de manière optimale. La surface est rectifiée, polie et dépoussiérée de manière presque idéale. Après l’application de l’huile et de la cire, chaque fois elle est chauffée et séchée de telle manière que les agents puissent s’absorber profondément dans le parquet et que les pores du bois puissent se fermer. Dans le plancher, en résultat de l’action de la chaleur et de l’air, les solvants s’oxydent et la surface se durcit. Dans la phase finale, elle est soumise au processus de polissage jusqu’à ce que sa surface devienne soyeuse, mate, ce qui limite la pénétration des saletés. Les planchers huilés et cirés à l’étape de production ont un désavantage, à savoir les couches de matériau appliquées sont très fines parce que le séchage s’effectue en cycles très courts. En raison de cette quantité limitée, l’action de protection doit survenir directement sur la surface. Certains fabricants des huiles, en vue d’améliorer leurs propriétés de protection de la surface, utilisent un certain type de résines synthétiques KH (elles adhèrent mieux à la surface qu’une huile ordinaire) et ils admettent consciemment la possibilité d’utiliser le solvant même jusqu’à 40%. Pourtant, ces pratiques ne sont pas trop conformes à l’idée commerciale écologique qui est citée à l’occasion de la vente des huiles et des cires. Si le fabricant du parquet fini se décide à utiliser les huiles et les cires à base naturelle, en général il est recommandé de cirer le plancher encore une fois après son installation.
LES HUILES DESTINÉES AUX PLANCHERS
Les huiles destinées aux planchers se divisent en huiles non durcissantes et durcissantes. Les huiles non durcissantes sont basées à matériaux naturels tels que : les huiles de lin, d’hélianthe ou d’autres. Les pigments colorants, les sels minéraux accélérant le processus de durcissement constituent souvent les suppléments. Ces produits ne contiennent pas de solvants et de résines. Les huiles non durcissantes offrent une protection peu importante contre les saletés et l’usure. Dans ce cas, les professionnels recommandent le cirage dans la phase finale.
Outre une base ordinaire d’huiles, les huiles durcissantes contiennent aussi des résines naturelles ou des résines artificielles. Elles durcissent l’huile étant sous forme de liquide de telle manière qu’il est nécessaire d’utiliser le solvant pour obtenir un matériau prêt à un traitement final. Les solvants sont nécessaires pour ajuster le degré de viscosité mais aussi pour régler le processus de durcissement. Le temps de séchage de l’huile dépend de la quantité de solvants, ils l’accélèrent parce qu’ils se volatilisent rapidement. Les produits délicats sont aussi utilisés en tant que solvants, par exemple : certains hydrures de carbone ou les térébenthines de citron ou d’orange contenant des arômes. La quantité de solvants varie. En cas de ces deux types d’huiles, les matériaux de conservation et toxiques ne sont pas utilisés dans le processus de production.
Le champ d’application :
Les huiles destinées aux planchers conviennent à la protection des surfaces exposées à une exploitation normale et très intensive telles que : les surfaces en liège, les parquets, les parquets industriels, les pavés en bois. Elles se vérifient parfaitement sur les planchers de danse où les endommagements mécaniques apparaissent très souvent. En principe, l’utilisation des huiles destinées aux planchers ne cause pas de problèmes en cas de tous les types de bois, malgré le différent degré de saturation en cas d’arbres à feuilles et d’arbres conifères ou de bois exotique contenant beaucoup de ses propres huiles et résines. Certaines entreprises offrent les huiles adaptées de manière appropriée au type de bois. Les huiles colorantes changeant la couleur naturelle du bois en couleurs pastels sont de plus en plus souvent utilisées.
LES SYSTÈMES D’HUILES ET DE CIRES
Il y a deux variantes de systèmes d’huiles et de cires :
l'huile et la cire dures constituent un produit,
ces deux composants existent séparément.
Les éléments constitutifs sont les mêmes : les huiles végétales, les cires, l’huile de lin, l’huile de soja, l’huile de bois, la cire Carnauba, la cire des abeilles, et les matériaux causant le séchage – les solvants naturels ou à base synthétique. Les systèmes d’huiles et de cires font partie des systèmes formant une couche visible sur la surface. L’huile s’absorbe profondément dans la structure du bois et elle se cristallise là-bas, pourtant la cire se durcit sur la surface et elle forme une forte couche antistatique et souvent anti-dérapant de protection du bois contre les saletés.
Les systèmes d’huiles et de cires peuvent être utilisés, comme les huiles elles-mêmes, sur les surfaces normales et exposées à une exploitation très intensive. Pourtant, il faut éviter d’utiliser certains systèmes sur les surfaces de danse ou de sport parce qu’il y a un risque de dérapage lors du tour ou de l’arrêt sur le bord des chaussures. Il y a des systèmes spéciaux d’huiles et de cires destinés aux planchers de danse. Certaines entreprises proposent des solutions colorant le bois.
LES CIRES
Les cires se composent notamment de substances naturelles telles que : la cire des abeilles, la cire de Carnauba et de Candelilla. En principe, elles constituent des corps solides donc elles doivent être chauffées ou dissoutes dans les solvants pour le traitement.
La cire protège et soigne, elle a des propriétés antistatiques, elle permet au plancher de respirer activement, elle protège aussi contre la pénétration de l’eau. Cependant, elle ne s’absorbe pas aussi profondément dans les pores que l’huile. Après l’application, elle est soumise au processus de polissage jusqu’à ce qu’elle prenne la forme d’une couche fine qui doit être polie ou appliquée de nouveau dans certains intervalles de temps. Cette couche rend le bois soyeux brillant parce que l’huile elle-même rend le plancher mat.
La cire est utilisée en tant que couche de protection ou en tant qu’autre produit de soins. Elle peut être utilisée sur les surfaces en bois et en liège, sur celles exposées à une exploitation normale et celles exposées à une exploitation très intensive. Il y a des cires très spécialisées par exemple elles sont destinées aux planchers de danse qui se caractérisent par un glissement particulier.
LES AVANTAGES ET LES DÉSAVANTAGES
Les systèmes basés sur les huiles et les cires ont un avantage, à savoir ils ne forment aucune couche mais une couche remplissant la fonction d’imprégnation, pénétrant profondément, avec les pores ouverts et respirant activement. Grâce à quoi, la surface devient résistante à l’usure mécanique et chimique. La surface ne possède pas de surhaussement, ce qui est typique en cas de laques, à savoir un film. La structure et la couleur du bois sont plus mises en relief mais elles ne sont pas modifiées. En cas d’endommagements locaux ou en cas de lieux plus fréquentés et plus usés, il y a la possibilité d’exécuter des rénovations locales qui ne provoquent pas de décolorations. Ce type de rénovation n’est pas possible en cas de surfaces laquées. En raison du fait que les huiles et les cires permettent à l’air et à l’humidité de passer à travers une lame, elles réduisent le gondolement du parquet et elles conviennent parfaitement aux locaux équipés de planchers chauffants. Outre cela, elles ne collent pas les bords de manière latérale, ce qui empêche l’apparition de grandes fissures.
Les systèmes à base d’huiles et de cires ont un désavantage, à savoir une moindre résistance aux saletés. En conséquence, il faut beaucoup plus souvent, en comparaison avec les planchers laqués, soigner la surface et utiliser toujours les produits adaptés à une huile ou une cire donnée. En cas de plus grandes surfaces, il faut procéder au nettoyage en utilisation de la machine. Chaque fois, il faut discuter les éléments susmentionnés avec l’investisseur. Il y a encore un autre désavantage, à savoir la surface huilée et cirée ne devraient plus jamais être laquée et si vous prenez cette décision assez risquée, il faudra exécuter une rectification profonde et il ne faudra pas utiliser les laques à base d’eau.
L’APPLICATION DES HUILES ET DES CIRES
En appliquant les huiles destinées aux planchers, il faut strictement suivre les conseils du fabricant. Certaines huiles s’appliquent une fois et d’autres huiles deux fois. Il faut appliquer de couches épaisses à l’aide d’un rouleau ou d’un applicateur d’une éponge spéciale. Certains fabricants proposent que l’huilement soit exécuté par l’application de deux ou de trois couches fines à l’aide d’une spatule en acier inoxydant. Dans ces deux cas, il faut impérativement polir la surface en utilisant une machine de polissage avec disque équipée d’un feutre blanc, avant que l’huile se cristallise sur la surface du bois. La surface polie de mauvaise manière aura des traces visibles et difficiles à éliminer sur le bois. En cas de couches fines appliquées à l’aide d’une spatule en acier inoxydant, il faut enduire de petites surfaces ou deux personnes devraient y participer pour polir rapidement l’huile non cristallisée. Il vaut mieux que le plancher soit chauffé pendant l’huilement par exemple chauffé par le soleil, dans ce cas, l’huile s’y absorberait plus facilement et plus profondément. Dans d’autres cas, il est possible de faciliter cette tâche en utilisant une machine à air chaud. Certains fabricants recommandent d’utiliser des lessives, avant l’huilement, qui ont pour objectif d’ouvrir les pores dans le bois et de permettre à l’huile de pénétrer profondément. Après l’application de l’huile, la cire est souvent utilisée en tant que protection de surface qui en même temps donne une brillance. En cas d’application des cires dures, il est nécessaires d’utiliser la machine à air chaud qui permet d’appliquer la cire de manière régulière sous forme d’une couche très fine. Au lieu des machines à air chaud, il est possible d’utiliser une polisseuse à rotation qui produit la chaleur lors du frottement. Il y a peu de cires qui nécessitent le chauffage avant l’application mais ce sont des solutions plus anciennes.
LES SOINS
1. Il faut nettoyer les planchers frais huilés et cirés au cours des premiers 8-10 jours seulement à sec. Il suffit sans doute de dépoussiérer et de balayer.
2. Après l’exécution des actions de protection du plancher à l’aide de l’huile ou de la cire, il faut réaliser les premiers soins après l’achèvement de tous les travaux de finition dans un local, directement avant de commencer à l’exploiter. C’est recommandé en cas d’habitation mais c’est exigé en cas de bâtiment. Après deux semaines de soins humides (non au mouillé), il faut utiliser les produits spéciaux du système d’huiles et de cires, recommandés par le fabricant. Il faut ajouter un peu de vinaigre à l’eau. Il est interdit d’utiliser l’eau pure parce que le plancher couvert d’un enduit d’imprégnation ne le tolère pas. Les soins sont à réaliser à l’aide de la machine ou à l’aide des morceaux de tissu et de feutres de flanelle. Il est interdit d’utiliser les morceaux de tissu de microphase parce qu’ils peuvent rayer la surface.
3. De fortes saletés, taches ou traces des chaussures peuvent être éliminées à l’aide des produits forts pour le nettoyage. D’habitude, les fabricants des huiles et des cires possèdent les produits destinés aux soins courants de même qu’au nettoyage solide dans leur offre. Dans certains cas, il est aussi recommandé d’utiliser des savons (ce sont des savons spéciaux destinés aux planchers). Après ce type d’opération, dans les endroits concernés, il faut de nouveau appliquer l’huile et polir.
4. Les opérations occasionnelles de nettoyage du plancher sont nécessaires. En cas d’exploitation normale dans les locaux d’habitation, il faut les réaliser une fois pour un trimestre, dans les lieux les plus fréquentés par exemple les passages le plus souvent. Il est possible de dépolir ou rectifier les endroits impossibles à nettoyer ou les endroits endommagés et ensuite il faut de nouveau appliquer l’huile et la cire sans risque. C’est sans doute un avantage parce que les surfaces laquées ne peuvent pas être rénovées localement. En cas de cirage, il faut laisser juste une couche fine de cire sur le plancher. Une couche trop épaisse ou trop de couches le rendent glissant et non résistant aux saletés. Dans ce cas, il faut laver la cire en utilisant les produits de lavage spéciaux. Important : les morceaux de tissu imprégnés d’huile ou de cire risquent de s’inflammer. En raison de quoi, après l’opération, il faut les mouiller immédiatement dans l’eau ou les fermer dans une boîte.
LES CONCLUSIONS
En écrivant sur les huiles destinées aux planchers et les cires, j’ai essayé de présenter le sujet de manière objective mais dans cette courte partie des conclusions je ne peux pas m’abstenir de présenter mon opinion. Moi personnellement, je ne suis pas pour l’utilisation des huiles et des cires à tout prix. Le problème de l’écologie concernant l’installation des parquets, aussi souvent évoqué à l’ouest, ne se réfère pas seulement à la protection de surface elle-même. Outre ces produits destinés au plancher, il y a encore des colles, des produits d’impression, des masses autonivellantes ou d’autres produits chimiques. La laque constitue toujours une alternative aux systèmes susmentionnés et en fait il est beaucoup plus facile de l’utiliser et aussi, en prenant en considération le coût du produit et le coût des soins, elle est moins chère. Si nous regardons attentivement les laques des entreprises professionnelles, leurs produits ne sont pas du tout plus insalubres par rapport aux couches d’huile. À présent, on parle déjà à l’ouest de la présence des formaldéhydes, des hydrures de carbone, des aldéhydes formiques, des terpènes ou du plomb dans les huiles et les cires (magazine OKO-TEST 5/99). Ces éléments contenus dans les produits naturels améliorent la pénétration ou ils accélèrent la cristallisation. Je ne voudrais pas encourir la défaveur des défenseurs de ce type de protection des planchers mais je considère que l’investisseur en Pologne n’a pas encore d’habitudes liées à une exploitation appropriée du parquet et d’accoutumances correctes en matière de soins. Il est souvent étonné qu’il faut fréquemment réaliser les opérations de soins et s’il le fait quand même, il cherche les solutions les moins chères. Malheureusement, les soins des planchers enduits d’huile et de cire ne sont pas bon marché.
Le titre original de l’article « Oleje i woski jako rodzaj zabezpieczenia powierzchni parkietu » (Les huiles et les cires en tant que type de protection de la surface du parquet), élaboré par l’expert et le maître en matière d’installation des parquets Monsieur Czesław Bortnowski (www.parkiet-bortnowski.pl).

 
com_content